Pour le recensement et la sauvegarde du patrimoine fruitier

PARTICIPEZ A LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE FRUITIER

Les arbres fruitiers d’autrefois dans les champs, dans les haies, dans les vignes et les jardins appartiennent à notre culture et à notre terroir. Ces variétés anciennes, souvent locales, sont en voie de disparition !

QU’EST-CE QUE LA POMOLOGIE ?

Contrairement à ce que l’on peut croire, la pomologie n’est pas l’étude de la pomme !

Elle vient du latin pomum qui signifie «fruit». La pomologie étudie, identifie et fait l’inventaire de la diversité des fruits. C’est aussi participer à la valorisation et la sauvegarde des histoires locales, de la diversité du langage, de la gatronomie…

Sans intervention de l’homme, les arbres fruitiers se reproduisent à partir des graines qu’ils ont créés suite à la fécondation de leurs fleurs. Chaque nouvel individu est une nouvelle variété. Le nombre de variété d’une espèce pourrait être infini ! Mais pour les pommes par exemple, peu seraient intéressantes pour la consommation.

La sélection des meilleures, multipliées par un mode de reproduction végétatif* a permis de constituer un patrimoine important au cours des siècles.

Le travail du pomologue consiste à mettre en lien le vivant (les fruits) et le livre (la somme de connaissances accumulées au fil des siècles) pour l’identification des variétés.

L’association Paysarbre agit sur la sauvegarde de ce patrimoine par la greffe et la création d’un verger conservatoire et vous invite à y participer !

REVEILLEZ LE POMOLOGUE QUI EST EN VOUS !

Repérez les vieux arbres fruitiers autour de vous.

Notez les caractéristiques de l’arbre. Comme un reporter, revenez le voir pendant la floraison, la fructification et prenez des photos régulièrement. Après récolte, observez, analysez les caractéristiques du fruit.

Une fiche à télécharger au bas de l’article vous guide pour vos premiers pas de pomologue.

 

* MODE DE REPRODUCTION VEGETATIF : LA GREFFE

greffe de cerisier à l’anglaise compliquée

Mis à part figuiers, grenadiers et oliviers qui se bouturent aisément, l’arboriculteur doit avoir recours à la greffe pour reproduire une variété fuitière à l’identique. Greffer est une technique de multiplication qui consiste à mettre en étroite union deux végétaux. Le premier, celui que l’on souhaite voir se développer, s’appelle le greffon et le second, la plante support, celle qui s’enracine, le porte-greffe.

La greffe de printemps (dite greffe à œil poussant) est simple et accessible à l’amateur !

Pour la réaliser il faut récolter des greffons durant l’hiver qui précède :  idéalement entre le début décembre et la fin janvier. Ces rameaux ainsi conservés permettront la réalisation de greffes durant le printemps qui suit.

  • Le greffon est un jeune rameau qui a poussé l’année précédente que l’on prélève sur l’arbre que l’on veut reproduire.
  • Les greffons sont ensuite conservés enterrés dans une jauge.
  • La jauge est un tas de sable situé au pied d’un mur ou d’une haie au nord de manière à ce qu’il ne voit pas la lumière directe du soleil.

>>> Le livre  d ‘Alain Pontoppidan « J’apprends à greffer mes arbres fruitiers » est une bonne ressource.

Pour apprendre à greffer, l’association organise régulièrement des journées de formation.

Vous pouvez aussi venir échanger vos greffons durant LA PETITE FÊTE DE L’ARBRE qui se tient à Lodève chaque année en début de printemps.

VOS VIEUX ARBRES FRUITIERS NOUS INTERESSENT

N’hésitez pas à télécharger la fiche de pomologie ci-dessous et à prendre contact avec nous par téléphone ou par mail !

fiche d’inventaire pomologique

 

 

Laisser un commentaire