plantation du verger

Verger collectif de Fabrègues.

Nous voilà au cœur de l’été. La chaleur nous impose de rester à couvert aux heures chaudes de la journée. Une bonne occasion de partager avec vous cette première année de conception et d’installation de ce verger du Coulazou.

La genèse.

C’est à la demande du conservatoire des espaces naturels CEN LR, qui est en charge de la mise en œuvre et du suivi des mesures compensatoires liées au doublement de l’A9, que notre association s’est vue proposer l’accompagnement technique de ce projet.

Le projet présenté aux habitants est la mise en place collaborative d’un verger haute tige conduit de manière extensive, valorisant la diversité des espèces adaptées aux conditions de sols et de climat locales. La parcelle d’un demi hectare est située juste aux bord du Coulazou à coté des jardins partagés.

Les actions

Octobre 2018

Une première réunion à eu lieu sur place afin de présenter le projet et une trentaine d’habitants ont rejoint la dynamique. Nous avons rêvé ensemble à l’avenir de cette parcelle et aux arbres que souhaitions voir s’épanouir.

Ce premier moment, riche d’échanges et d’apprentissages, nous à permis de concevoir un plan de plantation qui synthétisait les envies et désirs de chacun.

Janvier 2019

La plantation

Après des mois de pluie, tout est enfin prêt pour la plantation du verger et les bonnes volontés (nombreuses cette fois encore !) sont réunies sous un beau soleil pour la journée.

Le but : planter une quarantaine de scions greffés de 2-3 ans de poirier, pommier, prunier, figuier, amandier, plaqueminier etc issus de la pépinière de La Brèze et de la pépinière Grange, et au moins autant d’essences moins communes dans les vergers mais tellement utiles à une grande biodiversité. Ainsi le sureau, le noisetier, l’amélanchier, le sorbier, le micocoulier, l’églantier et l’alisier ont trouvés leur place dans les haies et dans l’espace des fruitiers sauvages.

Nous avons aussi planté quelques fruitiers issus de semis ( poiriers et pommiers).

Ces arbres dit « francs » permettront d’accueillir au verger des vieilles variétés de poires et de pommes que nous pourrions trouver dans le village.

Mars et avril 2019

Mise en place du paillage

Pour éviter les herbes et pour retarder le dessèchement du sol nous avons étendu du bois de paillage aux pieds de toutes les plantations réalisées.

De Mai à Août 2019

Du projet à la réalité.

Enfin ça pousse !

Sous l’effet de la chaleur printanière et de l’humidité, les jeunes arbres sont partis à l’assaut du ciel.

Mais tout n’est pas gagné pour ces petites vies encore fragiles.

La suite de la saison est venue nous le prouver. Il y a tout ce que nous avions prévu puis il y a les impondérables et en la matière nous fumes particulièrement gâtés.

Première épisode : vol ou dégradation ?

Vers la fin du mois de mai nous avons constaté la disparition de plusieurs fruitiers greffés ainsi que de nombreux plans de semis. Et oui de tous les prédateurs, l’humain est le plus difficile à cerner.

Nous ne saurons donc rien de ce qui a motivé ce vol mais notons tout de même que des arbres déplacés fin mai n’ont aucune chance de reprise.

Deuxième épisode : Canicule remarquable par la hauteur des températures et sa précocité.

Alors là nous sommes dans le jamais vu ! Plus de 40 degrés à l’ombre. Quand les plantes sont confrontées à un tel stress, elles se protègent et une de leur technique est de se débarrasser de leurs feuilles pour éviter le dessèchement complet. Ce qui fait qu’au début juillet le verger se donnait des airs d’automne. Encore une fois les bénévoles se sont mobilisé pour réaliser un copieux arrosage et les jeunes arbres ont pour la plupart remis quelques feuilles à leur manteau. Il y a tout de même quelques sujets pour qui cette canicule fût fatale surtout du coté des plaqueminiers.( kakis)

Et la suite ?

Cet hiver nous allons planter encore une 20 aine de fruitiers et nous allons remplacer ceux qui sont morts. Nous allons aussi réaliser les tailles de formations et nous voudrions aussi greffer au printemps prochain les arbres « franc » avec les anciennes variétés locales.

Alors si vous connaissez des vieux pommiers et des vieux poiriers vers chez vous dont les fruits vous régalent, merci de prendre contact avec nous. Nous serions ravis de donner de nouvelles racines à ce patrimoine fruitier.

Et bien sur si ce projet vous motive envoyez nous un courriel afin d’être tenu au courant des prochains rendez-vous.

jeune poirier en attente se sa greffe

à propos paysarbre

Paysarbre est une association Lodévoise qui œuvre pour la promotion de l’arbre fruitier

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.