La pyrale du buis grignote le paysage Lodévois

La pyrale du buis grignote le paysage Lodévois

Des millions de papillons envahissent vos soirées et vos nuits ? Vous avez cru voir de la neige alors que vous rouliez en voiture sur les routes de la région ?

Voilà la charmante Pyrale du buis.

Nous l’avions déja observée depuis deux ou trois ans par-ci par-là mais cette année il s’agit véritablement d’une invasion préoccupante par son ampleur.

Les chenilles particulièrement voraces de ce papillon nocturne ne se nourrissent pour le moment que de feuilles de buis.

 

D’où vient la pyrale du buis ?

« Avérée depuis 2008 mais suspectée depuis 2005, venant d’Asie, la pyrale du buis envahit progressivement toute la France au départ de plusieurs foyers possibles dont l’Île-de-France et l’Alsace.
Sa chenille décime les populations de buis jusque parfois deux fois par an en dévorant les feuilles, ne laissant que les rameaux qui se dessèchent entraînant souvent la mort de l’arbuste. »

 

Du buis  chez nous aussi …

Le buis est un arbuste qu’on retrouve dans toute la France.
Son feuillage persistant à l’odeur caractéristique reste vert tout au long de l’année et sa croissance lente en faisait un végétal de choix pour créer des haies comme en témoignait son utilisation quasi-systématique dans les jardins à la francaise.

Il est très fréquent sur les zones de paturages car il est refusé par les animaux, créant des paysages typiques des causses tel que ceux du plateau du Larzac.

Ses branches servaient à alimenter les fours, on l’utilisait aussi au paillage des bergeries. Son usage était aussi courant pour amender les cultures. C’était un engrais très recherché. Son bois à croissance lente en fait un bois de luxe pour les graveurs, sculpteurs et autres tourneurs. Les bergers du causse en faisait des petits objets usuels comme des ronds de serviettes, des peignes ou des clavettes pour le collier de leurs brebis.

Comment se débarrasser de la  pyrale du buis ?

Cette chenille a heureusement quelques prédateurs : le frelon asiatique (gloups, une pensée pour les abeilles qui se passeraient bien de celui là) , les guêpes,  les mésanges et les moineaux , se nourrissent de la pyrale, mais au vu de l’invasion ça ne semble pas suffire à la régulation.

A ce jour, il n’y a pas de réelle solution en milieu naturel.

Pour les parcs et les buis de vos jardins, il existe des pièges  à phéromones et des traitements par Bacillus Thuringiensis. La destruction des chenilles à la main est aussi une option.

«Notre seule solution à l’heure actuelle, c’est d’attendre que l’écosystème se régule de lui-même» explique Anaïs Aellen, chargée du patrimoine naturel du parc régional des Causses du Quercy.

Le plus efficace  serait l’arrivée d’un nouveau prédateur ou d’une maladie…
Mais les particuliers qui voudraient sauver un ou deux arbustes peuvent le faire. Des vidéos  pertinentes sur youtube expliquent comment s’en débarrasser si les buis ne sont pas trop volumineux…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire